PARTICULIERS
Equipez-vous pour économiser l’eau sans perte de confort.
COLLECTIVITÉS
Surveillez vos consommations d’eau et faites les choix techniques appropriés.
PROFESSIONNELS
Optimisez vos usages de l’eau avec des solutions adaptées à votre activité.

 

Ville de Bordeaux

Bordeaux est la première ville de Gironde avec 239 642 habitants.

La consommation d'eau globale de cette ville centre était importante, mais cohérente avec celle des autres villes centre françaises, et en rapport avec le nombre de sites municipaux (plus de 600).

La ville emploie environ 4 300 agents.

Contenu du projet 

Un service dédié à la gestion des fluides existe depuis les années 2000 ; il a inventorié les différents compteurs et reconstitué l'historique des consommations d'eau. Depuis 2006, un véritable projet d'économie d'eau et de recherche de nouvelles ressources a été défini dans le cadre des actions du Plan climat adopté en 2008 et actualisé en 2012. Sa mise en œuvre est accompagnée par un groupe de travail eau composés des directions les plus consommatrices de la Ville ainsi que de la CUB, du SMEGREG et du Conseil général de la Gironde.

Le projet "eau" repose sur trois objectifs :

1.Réduire la consommation d'eau des parcs et jardins

  • Les bassins du Parc Bordelais et du Jardin public ont été réhabilités en 2009 et 2010 pour réduire l'appoint en eau de forage, améliorer le recyclage de l'eau et permettre une utilisation secondaire. Des systèmes de réutilisation de l'eau des bassins pour l'arrosage ont été installés, et ont été tous rendus opérationnels fin 2012, grâce à l'installation complémentaire de variateurs électriques de vitesse sur les circulateurs (réalisée en mars 2012). Des aérateurs ont été installés mais des progrès restent à faire concernant l'amélioration de l'oxygénation de l'eau afin de faciliter la minéralisation des matières organiques et d'espacer la fréquence des vidanges des boues. En complément, dans ces deux parcs, des points de remplissage des citernes ont été créés en 2009 pour l'arrosage.
  • 40 zones "zéro arrosage" ont été définies en 2009 en fonction de la ressource en eau disponible sur les sites (eau potable et eaux en nappes profondes). L'instauration de ces zones concourt aux économies d'eau réalisées par les espaces verts malgré le déficit de pluviométrie observé jusqu'en 2013.
  • La gestion centralisée de l'arrosage envisagée dans un premier temps est réorientée vers l'utilisation de sondes tensiométriques et de stations météorologiques afin d'apporter une aide à la décision pour le pilotage manuel ou semi-automatique de l'arrosage.
  • Une convention "d’écrêtement jour de pointe collectivité" a été signée en 2009. Un exercice de simulation est effectué à chaque début de saison d'arrosage. A ce jour, aucune demande d'écrêtement, c'est-à-dire de suspension d'arrosage en jour de forte demande, n'a été formulée auprès de la Direction des parcs, des jardins et des rives.

L'ensemble des efforts réalisés ont permis une réduction de la consommation d'eau des espaces verts de 88% entre la période de référence 2002/2005 et 2013.

Bordeaux2015 22. Réduire les consommations d’eau dans les infrastructures et les équipements sportifs.

  • La démarche visant à réduire significativement les consommations d’eau des équipements sportifs s’articule autour de 2 grands axes d’intervention : l’amélioration qualitative des infrastructures (substitution progressive de l’eau potable par l’eau issue de forage, lutte contre des déperditions liées de la distribution) et le suivi précis de l’irrigation par la mise en place d’un bilan hydrique, le suivi météorologique et la chasse à la surconsommation.
  • La consommation d'eau (forages compris) dans les établissements sportifs (gymnases, terrains de sport et piscines) a été réduite de 58 % entre la période de référence 2002/2006 et 2013. Les consommations d'eau issue du réseau d'eau potable ont été réduites de 47% entre 2009 et 2013.

Bordeaux2015 3

  • La Ville a organisé une opération pilote dans une quarantaine de bâtiments représentant un tiers de la consommation d'eau de la Ville. Ainsi, 6 000 points d'eau (robinets, douches, toilettes) ont été équipés de matériels hydroéconomes. Les résultats montrent une économie pouvant atteindre 40% dans les bâtiments les plus récents (ex: bibliothèque de Mériadeck). L'économie s'élève en moyenne à 18%. Cette opération pilote a surtout permis de sélectionner les choix techniques les plus pertinents. Il s'agit désormais de déployer ces installations sur les 270 bâtiments de la Ville et de mettre au point les procédures de maintenance et d'entretien de ces dispositifs pour stabiliser la consommation d'eau sur le long terme.
  • Afin de sensibiliserle personnel municipal et les visiteurs à la préservation de la ressource en eau, une signalétique "l'eau est précieuse, économisons-la" a été apposée sur chaque point d'eau par les 350 correspondants énergie et eau.
  • Pour pouvoir détecter, dans les meilleurs délais, les fuites d'eau dans les bâtiments et autres installations municipales, les services municipaux ont développé une Gestion technique centralisée (GTC) permettant, par le biais du réseau informatique, de connaître en temps réel la consommation des fluides (énergie et eau) et de mettre en place des alertes sur l'augmentation de la consommation. Une expérimentation a été menée sur 2 bâtiments (Bibliothèque Mériadeck et groupe scolaire Raymond Poincaré) afin de tester le dispositif. L'ensemble des bâtiments devrait, à terme, être supervisé parallèlement à la supervision des installations de chauffage.

Les efforts réalisés ont donc permis de réduire de 26 % des consommations d'eau dans les bâtiments municipaux.

Bordeaux2015 4

3. Rechercher des ressources de substitution mieux adaptée aux usages :

  • L'enjeu prioritaire est d'économiser l'eau issue des nappes profondes à partir desquelles est produite l'eau potable. Cet enjeu s'inscrit dans le Schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) des nappes profondes de Gironde. Il s'agit bien de substituer l'eau issue des nappes profondes par d'autres ressources et d'une qualité adaptée à l'usage qui en est fait. C'est pourquoi, la Ville a fait réaliser dans un premier temps une pré-étude sur l'identification de projets de substitution des forages en nappes profondes par le SMEGREG (Syndicat Mixte d'Etudes pour la Gestion de la Ressource en Eau de la Gironde) puis une étude de faisabilité pour la réalisation de 2 forages sur des terrains de sport et sur les quais. Les forages pour l'arrosage des stades Suzon et Treguey ont été réalisés. Ils permettent de substituer 14 000 m3 d'eau par an. Le forage des quais est à l'étude.
  • Entre 2002 et 2013, la Ville a réduit sa consommation totale de 70% et ses prélèvements en nappes profondes de 63% dépassant l'objectif fixé en 2012 dans le nouveau Plan climat 2012-2016 (Action 9 : réduire de 60% la consommation d'eau totale d'ici 2016).

Bordeaux2015 1

  • La récupération de l'eau de débordement de la piscine du Grand Parc pour le nettoyage de la voirie et l'arrosage des espaces verts de la piscine est opérationnelle depuis décembre 2009 (20 m3/jour).
  • Le raccordement de la piscine Judaïque au réseau de géothermie de Mériadeck est effectif depuis l'automne 2011 ce qui a permis d'économiser, en 2013, 88% des besoins en eau potable de la piscine (près de 27 000 m3). La tri-valorisation de l'eau géothermale permet d'entretenir les espaces verts (60.000 € d'économie par an).
  • Entre 2008 et 2010, la Ville a subventionné l’achat de 555 récupérateurs d'eau de pluie par des particuliers ou des associations. Selon le SMEGREG, l'installation d'un récupérateur d'eau de pluie représente, pour un particulier, une économie de l'ordre de 3 m3 par an.
  • Sur sollicitation du SMEGREG et dans le cadre d'un programme européen, la Ville a commencé à distribuer aux Bordelais volontaires 16 500 kits d'économie d'eau sur les 80 000 disponibles à l'échelle de la Gironde. Ce projet appelé Mac'Eau "MAîtrise de la Consommation d'eau" permettra aux foyers équipés de réaliser une économie estimée à 30%.

Les perspectives

  • Poursuivre, dans les services municipaux, les efforts de réduction de la consommation issue des nappes profondes les gisements d'économie se concentrant aujourd'hui sur les équipements sportifs (terrains, gymnases, piscines) et sur les bâtiments municipaux non encore équipés de matériels hydroéconomes. (action 9 du PCET 2012-2016 – réduire de 60% la consommation d'eau : objectif atteint !)
  • En fonction des résultats de l'étude Adapta Climat, étudier la possibilité d'arroser les espaces verts en période de canicule pour permettre le rafraichissement de la Ville grâce à l'évapotranspiration des arbres
  • Accompagner les Bordelais pour réduire la consommation d'eau sur l'ensemble du territoire notamment par la distribution de matériels hydroéconomes permettant de réaliser une économie pouvant atteindre 40% (opération MACeau, point info eau en partenariat avec le SMEGREG…).
  • Relancer les projets de substitution de l'eau issue des nappes profondes (gisement de 148.000 m3 d'eau/an) par d'autres sources (forages superficiels avec notamment le prélèvement dans la nappe d'accompagnement de la Garonne pour l'arrosage des quais, la récupération des eaux de ruissellement des parkings (14 000 m3 substituables dans 4 parkings de la société ParCub), la récupération d'une partie de l'eau rejetée dans la Garonne par la station d'épuration Lucien Faure,…) (action 9 du PCET 2012-2016)

Contacts

M. Gaëtan Wicart
Directeur des parcs, des jardins et des rives

M. Eric Pesme
Chargé des questions eau

M. Jean-Michel Duran
Responsable de la cellule énergie et fluides

Responsable en charge du dossier

M. Patrick Faucher
Directeur du développement durable
05.56.10.20.30