Les puits et forages

De quoi s'agit-il ?

Un puits est un ouvrage d'environ un mètre de diamètre, réalisé en pierres de taille ou en buses de ciment. Il est l'héritier des temps où ce type d'ouvrage était réalisé à la pelle et à la pioche par un homme qui descendait progressivement vers la nappe et arrêtait logiquement sa progression lorsqu'il commençait à avoir de l'eau à la taille.

Ce type d'ouvrage exploite en fait la notion de stock : un faible débit de la nappe est nécessaire car lorsqu'on le sollicite, un stock d'environ un mètre cube est disponible ce qui est souvent largement suffisant pour un particulier.

Un forage est un ouvrage de 15 à 30 cm de diamètre réalisé à l'aide d'une foreuse sur une profondeur de quelques mètres à plusieurs kilomètres pour les forages pétroliers. Muni d'une crépine à sa base, il permet d'exploiter un flux continu en provenance de la nappe. Les productivités des forages sont donc très variables, selon la nature du sous-sol.

L'intérêt 

L'eau provenant des nappes d'eau souterraine est généralement de bien meilleure qualité que l'eau superficielle : elle est en effet filtrée lors de son passage dans les roches perméables. Attention : filtrée ne signifie pas pure et encore moins potable ! Bactéries, nitrates, pesticides ne sont absolument pas filtrés par la roche ou le sable, même si l'eau est "limpide et fraiche".

De plus, le stock d'eau présent dans la nappe permet d'assurer une disponibilité sans stockage, et des possibilités d'automatisation intéressantes.

C'est pourquoi l'eau potable est essentiellement produite en Gironde à partir d'eau souterraine qui ne subit que des traitements simples de déferrisation et de désinfection.

Les recommandations de la Commission Locale de l'Eau

Le défi girondin des économies d'eau vise à éviter la surexploitation des nappes profondes déficitaires captées essentiellement pour l'eau potable. Or ces nappes profondes n'ont pas une géométrie plane et par conséquent affleurent sur certains secteurs du département.

 

Par conséquent exploiter un puits ou un forage qui capte une nappe non déficitaire est plutôt recommandé par la CLE, mais capter une nappe déficitaire est fortement déconseillé car à double impact environnemental :

  • cela fait baisser le niveau dans la nappe qui est déjà surexploitée,
  • cela crée des points d'infiltration des pollutions superficielles dans la nappe si le forage est mal (ou pas du tout)cimenté.

Le principe est clair : un prélèvement dans les nappes déficitaires du SAGE est à déconseiller, en tous cas il faut en limiter le volume car ce sont nos réserves d'eau potable !

 

Alors comment s'y retrouver ?

Quelques conseils :

  • si vous possédez un puits ancien dans votre jardin, utilisez-le pour arroser votre jardin et le lavage de batiment ou de voiture à l'aide de pompes de surface disponibles dans tout magasin de bricolage. Ces puits captent souvent des eaux très superficielles peu concernées par le SAGE Nappes profondes de Gironde : c'est donc une bonne action vis à vis de l'environnement.
  • Si vous possédez un forage, il faut se poser la question de la nappe captée et de son état. La réponse n'est pas simple et fait souvent appel à des compétences pointues en hydrogéologie. Si votre foreur n'a pas ces compétences, vous pouvez contacter le Service Géologique Régional (BRGM) à Pessac.
  • Si vous souhaitez réaliser un forage voici quelques recommandations d'ordre hydrogéologique pour savoir si vous faites un bon ou un mauvais geste pour l'environnement.
  • Pour tout projet d'envergure, faites vous assister par un cabinet conseil spécialisé en hydrogéologie qui connaitra bien ces problématiques complexes.

La règlementation

D’un point de vue réglementaire, un ouvrage de plus de 10 m doit être déclaré en préfecture au titre du code minier. Quant au volume d'eau utilisable, le code de l'environnement précise qu'il n'y a aucune démarche particulière si le prélèvement est inférieur à 1.000 m3 par an. Si vous prélevez plus, vous devez au moins déclarer votre prélèvement en Préfecture. La procédure est précisée dans les documents ci joints réalisés par la police de l'eau.

Enfin, depuis le premier janvier 2009, tout particulier utilisant ou souhaitant réaliser un ouvrage de prélèvement d’eau souterraine (puits ou forage) à des fins d’usage domestique doit déclarer cet ouvrage ou son projet en mairie. Renseignements ici.

Attention également à ne pas réaliser un forage dans un périmètre de protection de captage d'eau potable qui peut interdir cette pratique ou la règlementer.