Stade nautique de PESSAC

logo stade nautique pessac 398

Situé au coeur de l'agglomération bordelaise, le stade nautique de Pessac présente la particularité d'être un complexe à la fois ludique et sportif très complet, avec en particulier : 

  • à l'intérieur, un bassin de compétition homologué de 25 m, un bassin d'apprentissage et un toboggan de 35 m,
  • à l'extérieur, un bassin à vagues de 35 m sur 16 m, une fosse à plongeon, un pentaglisse, des toboggans de 25 et 35 m, et 2 500 m2 de plages et aires de pique nique. 

La ville de Pessac a confié, par affermage, la gestion de équipement à la SEM Agir en 1992, puis lui a renouvellé sa confiance en 2004.

stade nautique pessac1 399      stade nautique pessac2 400

Pourquoi renouvelle-t-on l'eau des piscines ?

 

L'eau des piscines doit respecter un certain nombre de limites de qualité pour différents paramètres comme les éléments chlorés et les produits stabilisants. 

En effet, le chlore est le produit le plus souvent utilisé pour garantir la bonne qualité bactériologique de l'eau. 

Toutefois, lors de la destruction des salissures organiques de l'eau (urée, transpiration...), le chlore peut se combiner avec elles et génerer des dérivés appelés chloramines.  Ce sont des substances très irritantes pour la peau, les yeux et les bronches (phénomène d'yeux rouges, irritation des bronches...). Elles posent problème dans certains établissements, en particulier ceux à atmosphère confinée et recyclée. Et les chloramines se forment en plus grande quantité dans les petits bassins, accessibles aux enfants, que dans les grands bassins.

C'est pour garantir la bonne qualité des eaux de baignade, et notamment pour maintenir le taux de chloramines à un taux inférieur à 0.6 mg/l, que la règlementation impose au minimum :

  • 2 vidanges complètes des bassins par an,
  • un apport d'eau de 30 l/baigneur/j.

Dans la pratique, un renouvellement de l'eau de 30 l/baigneur/j est insuffisant pour respecter la valeur maximale de 0.6 mg/l de chloramines. Et le taux de renouvellement de l'eau est souvent beaucoup plus élevé : de 70 à 120 l/baigneur/j, voire même 200 l/baigneur.

Une solution pour limiter les renouvellements d'eau : les déchloraminateurs

Une alternative à un renouvellement important de l'eau des bassins existe pour limiter le taux de chloramines. Elle consiste à détruire ces chloramines, à l'aide de systèmes que l'on installe sur le(s) circuit(s) de filtration des eaux, et appelés déchloraminateurs.

Il s'agit, comme le montre la vue en coupe ci-dessous (source CIFEC) de cylindre en acier inoxydable comprenant une ou plusieurs lampes UVc, à moyenne ou basse pression. Ces lampes à UVc, autour desquelles l'eau circule, détruisent les chloramines, mais aussi les éventuels micro-organismes, bactéries, virus, légionnelles et algues. 

coupe dechloraminateur 402

La taille des déchloraminateurs varie de 0.6 à 1.5 m pour un diamètre de 0.2 à 0.5 m. On les installe sur un circuit parallèle, de façon à ce que la piscine puisse continuer à fonctionner en cas d'intervention sur le sytème. Leur fonctionnement est piloté par une armoire électrique de commande spécifique.

Les déchloraminateurs permettent de réduire le taux de chloramines tout en limitant le renouvellement de l'eau. 

En restant toujours au-dessus du minimum règlementaire, 40 l/baigneur/j (pour les grands bassins) à 60 l/baigneur/j (pour les petits bassins) peuvent suffire pour respecter la concentration maximale en chloramines.

Contenu du projet

L'objectif était de réduire la consommation d'eau du stade nautique de Pessac, qui s'élevait en moyenne à environ 50 000 m3/an, dont envrion 40% sur les installations intérieures concernées par le projet. 

Le projet comportait deux volets :

  • la mise en place de 2 déchloraminateurs :

Il s'agissait de réduire le taux de renouvellement de l'eau des bassins, qui était au départ de 50 à 73 l/baigneur/j selon le bassin concerné. Et outre la nette diminution des consommations d'eau, ce volet du projet présentait aussi l'avantage d'améliorer le confort des utilisateurs et des employés du stade nautique.

Il faut aussi noter qu'il nécessitait le remplacement et l'ajustement du produit stabilisant pour l'adapter à la nouvelle composition chimique de l'eau.

  • l'équipement des sanitaires en dispositifs hydroéconomes :  

Il s'agissait de réduire d'au moins 30% la consommation d'eau des douches, WC et lavabos en les équipant de matériels hydroéconomes simples (douches économes, WC 3/6l, aérateurs sur les becs des lavabos).

Au départ, les sanitaires représentaient une consommation d'environ 4 000 m3/an.

Remarque : Il s'est avéré que les types de douches en place ne permettaient pas d'adapter simplement du matériel hydroéconome. Il a donc été décidé de remplacer les systèmes de douche complets (pomme de douche murale, canne et bouton temporisé) par des systèmes économes.

Bilan technique et financier

Le projet a été réalisé en juillet 2005. Les déchloraminateurs provenaient de la société BIO-UV. Les résultats en terme de volume économisé ont pu être mesurés à partir d'octobre 2005.

 

dechloraminateur pessac 401

 

Investissements

  • déchloraminateurs : 54 000 € TTC pour les deux appareils, et 12 000 €TTC pour leur pose,
  • matériel hydroéconome sur les sanitaires (douches temporisées hydroéconomes, aérateurs sur les becs des robinets et WC 3/6l) et pose : environ 4 000 €TTC.

Gains sur les coûts de fonctionnement

  • du point de vue des consommations d'eau, le gain a été net : 
       BASSIN         AVANT           APRES 
 Bassin d'apprentissage  50 l/baigneur,
soit 8 750 m3/an
40 l/baigneur,
soit 7 000 m3/an 
 Bassin sportif  73 l/baigneur,
soit 7 700 m3/an
40 l/baigneur,
soit 4 200 m3/an 

Les déchloraminateurs ont permis de faire plus de 25% d'économie d'eau de renouvellement.

Remarque : le taux de chloramines est passé d'environ 0.6 à 0.2 mg/l. 

Par ailleurs, les consommations d'eau des douches et des WC (environ 4 000 m3/an) ont également été réduites d'environ 25% (1 000 m3/an).

Cela porte le gain total dans le cas du stade nautique à environ 6 000 m3/an (soit environ 24 000 €TTC pour un prix de l'eau de 4 €/m3). 

  • le gain énergétique a été indéniable. En effet, sur la base des coûts de chauffage de l'eau estimés par la SEM Agir à : 
    • environ 1 €/m3 pour un échauffement de 15°C : le gain pour le chauffage l'eau des bassins  a été d'environ 5 000 €TTC/an, pour 5 000 m3/an qu'on évite de réchauffer de 15°C,
    • environ 3.5 €/m3 pour un échaufement de 35°C : le gain pour l'eau chaude sanitaire a été d'environ 3 500 €TTC/an, pour 1 000 m3/an qu'on évite de réchauffer de 35°C.

Remarque : les gains énergétiques correspondent à une estimation du fait qu'en parallèle le système de chauffage a été remplacé par un système plus performant, et qu'il est difficle de faire la part des choses dans la facture finale.

  • le surcoût d'entretien des déchloraminateurs a aussi été pris en compte :
    • remplacement des lampes toutes les 5 000 heures environ : 2 000 €/an,
    • consommation énergétique : 3 000 €/an.

 

Globalement, l'installation de déchloraminateurs et de systèmes hydroéconomes au stade nautique de Pessac :

  • a permis de réduire la consommation d'eau de plus de 25% ; 
  • a représenté un investissement de 70 000 € TTC et a réduit de 27 000 € TTC (baisse d'environ 32 000 € et hausse de 5 000 €) les coûts de fonctionnement, ce qui correspond à un temps de retour sur investissement d'environ 3 ans ;
  • a permis de procurer aux usagers et au personnel du stade nautique un bien meilleur confort d'utilisation.


 

Contacts

M. Jean-Loup DOUET
Directeur de l'établissement
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

M. Hubert de Saint-Marc
SEM Agir
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.